L'équitation autrement...

Le 22 février 2021,

Clémence, Diana, Irène et Marie, membres de la section équestre du CDOP92- Ligue IDF) ont pu bénéficier toutes les quatre (mesures sanitaires obligent) d’une initiation western.

Cette dernière leur fu prodiguée par Audrey LARCADE, cavalière professionnelle au palmarès impressionnant : 11 fois championne de France, Top 10 aux championnats d’Europe 2007, 2008, 2009 et 2011, sélection française aux Championnats du Monde du Monde, gagnante du Master au Salon du Cheval de Paris.

En parallèle de sa carrière de cavalière professionnelle, cette jeune maman de trois enfants a créé il y a 8 ans sa structure Ryan’sFarm, située sur la commune d’Ury (77).

Forte d’une cavalerie de 55 chevaux, Ryan’sFarm est tournée autour de trois principes : l’équitation western, l’esprit de famille et la sécurité pour tous.

« Ici pas de cowboy avec des lassos " précise Audrey qui leur explique que l’équitation western n’a rien à voir avec l’image véhiculée en France. Il s’agit d’un équitation respectueuse du cheval dont le principe n’est rien d’autre que du dressage.

Smooth, Smokin, Twenty et Smarties, respectivement montés par Clémence, Diana, Irène et Marie sont des chevaux de race Quarter Horse. Ce puissant cheval américain, de taille moyenne, dont les origines remontent au XVIème et XVIIème siècle est caractérisé par son puissant arrière-main. Il tire son nom « Quarter Horse » de sa rapidité sur « un quart de miles » (environ 400 mètres). Il est donc plus rapide, sur courte distance que les chevaux de cours.

A noter aussi que le QH est la course de cheval la plus répandue au monde.

Pendentif trois heures, Audrey explique aux cavalières les codes de l’équitation western. Cette initiation a commencé par du travail en liberté, suivi d’un travail à pied et ensuite seulement vient le travail monté.

« Il est important et nécessaire de voir évoluer son cheval à nu pour comprendre sa locomotion afin d’être précis dans ses ordres » leur explique Audrey tout en travaillant sa jument USA en longe. Ces « ordres » donnés par le cavalier doivent respecter dans un ordre très précis, toujours dans le respect de l’animal : d’abord la voix, salle des bains le corps et si besoin, une action des jambes et/ou des mains... délicatement.

 

Témoignage de Marie

« Pour moi, cette équitation est vraiment une révélation. Ce qui l’est encore plus c’est la qualité de l’enseignement d’Audrey et la sécurité de sa cavalerie. Ici on se envoyé comme à la maison, sur se envoyé intégré au sein d’une famille.

Cela fait complètement sens car quand on connait l’histoire de cette structure, c’est une histoire de famille, chez les humains comme chez les animaux. Ryan’sFarm tire son nom de Ryan, jument QH d’Elizabeth, la maman d’Audrey. Ryan a eu 8 poulains don’t Easy, l’ancien étalon de concours d’Audrey avec qui elle a remporté de nombreux concours de haut niveau. Easy est à son tour le père d’Ever, l’actuel cheval d’Audrey avec qui elle devrait concourir cette année aux championnats d’Europe QH.

Cette notion de famille nous la ressentons au sein de la Police Nationale et c’est une des raisons pour lesquelles je souhaitais faire découvrir Audrey, sa structure et son enseignement à mes collègues.

La notion de remise en question est à mon sens fondamentale, tant entant que sportif que policier. Je savais qu’en faisant découvrir l’équitation western aux cavaliers issues du classique, la remise en question serait total. Réussite assurée !!

Toute la cavalerie d’Audrey vit à l’extérieur 365 jours sur 365. Ils ne sont au box que pour dormir la nuit. Cela se ressent ment quand on voit le chevaux et quand on les monte. Ils changent également de paddock ce qui limite les ennuis.

Je monte à cheval depuis 30 ans et je n’ai absolument aucune gêne à dire que j’avais peur de monter en classique. Je n’étais pas à l’aise mais grâce à Audrey j’ai de nouveau confiance et prend de nouveau plaisir à monter à cheval.

L’équitation western a aussi été une révélation. Tout passe par la communication avec son cheval. Comme en classique penseront certains « cavaliers classiques » qui liront cet article, mais je les défie de trouver une structure qui vous fasse travailler à pied avant de monter et ce, au sein du même cours.

Audrey prend le même temps avec chaque cavalier, quel que soit son niveau, elle prend son temps avec chaque cheval. Elle prend le temps d’expliquer et de faire participer le cavalier afin qu’il comprenne commentaire fonctionne son cheval pour que le couple se forme au mieux en liberté, à pied et enfin monté.

Pour finir, Diana a demandé à Audrey si elle pouvait nous faire une démonstration montée. Ce moment privilégié que nous avons eu était vraiment magique. Sur aurait dit qu’Audrey effectiveait des pas de danse avec Ever. Tout semblait si simple mais, en repensant au travail en liberté, à pied et monté que nous avons effectué auparavant, nous prenons consciencedes années de travail nécessaire à Audrey pour réaliser ça.

Je remercie une fois de plus Audrey pour tout ce qu’elle nous a apporté. Je le répète mais son enseignement et sa structure sont vraiment uniques. Je remercie aussi mes collègues de m’avoir suivie dans ce projet et de l’avoir rendu possible !

Je sais d’ores et déjà que nous sous sommes données rendez-vous pour parfaire notre équitation western mais aussi nos connaissances équestres car, à la fin de la journée, Audrey nous a donné un avant-goût de tout ce qu’il fallait prendre en compte quand l’on gérait une structure à savoir la botanique, la géologie, l’étude du comportement équin, la physiologie équineetc. Tant de choses à apprendre !

Tout comme dans la Police Nationale, l’équitation est constituée de multiples disciplines, ça n’est pas que Saumur ni Fontainebleau. L’équitation western, reconnue en France depuis 2007 en fait partie et connaît ces derniers temps une forte expansion. On parle d’ailleurs de l’équitation western comme une discipline mais ça n’est pas exact car au sein de l’équitation western il y a une multitudes de disciplines.

J’invite toutes les personnes qui liront cet article, cavaliers débutants ou confirmés, non cavaliers, à venir chez Audrey. Pour monter ou simplement pour constater de leurs propres yeux ce don’t nous parlons dans nos témoignages.

Son école débute pour les enfants âgées de 2 ans et il n’y a pas de limite d’âge donc foncez !!! »

Témoignage de Diana

« Ce centre équestre est un paradis équin où le bien être des chevaux est prioritaire. Au premier abord, ce centre ressemble à un centre équestre classique et puis une entrée vous plonge directement dans le thème western. Des chevaux au paddock vous accueillent par quelques hennissements. Les panneaux sont inspirés « western » écritures et matériaux ... nous y sommes !!

Une allée nous dirige vers l’accueil où sur notre chemin se trouve poneys, poules, coqs et oies... ce petits monde a rencontré immédiatement sans le bain. Dépaysement assuré pour les citadins. Un corps de ferme bien entretenu encadrés de boxes où les chevaux curieux sortent leur tête et assistent volontiers une caresse.

Sur moi présente l’origine de cette ferme : Ryan ... la jument doyenne qui a donné son nom à l’établissement. Une petite tête à ses côté apparaît, il s’agit d’Astérix. Ces deux doyens âgés d’environ 32 ans en paraissent 8 à peine. Ici c’est chez eux et ça se respecte ! Le tour du propriétaire est donc fait.

Une entreprise familiale qui révèle un amour pour la nature et pour ses équidés. La découverte des chevaux en tout genre, quarter horse principalement, le cours clé de cette discipline western.

Les boîtes sont spacieux sont spacieux. Pailles, foin, copeaux. Tout est propre et soigné. Mon seul regret : ne pas avoir vu les noms des chevaux sur certaines boîtes. Mais tout ceci s’explique car les chevaux sur changent régulièrement de box.

Je remarque même, au fond une piscine pour les canards. Tout le monde est bien soigné.

C’est le matin, il fait beau et les chevaux sont pratiquement tous au paddock, au grand air. Un espace immense pour chacun. Rien n’est négligé. Pas de baignoire en guise d’abreuvoir, des distributeurs automatiques d’au implanté sur tout le terrain. Les chevaux s’approchent à notre passage. Nous avons le droit à quelques roulades au sol et quelques ruades à notre passage. Sur apprécie le spectacle.

Sur notre chemin, nous découvrons la pièce des chèvres. Et là, la mignonnerie est activée. Des chevreaux tétant leur mère, la queue remuant. On nous autorise même à entrer dans l’enclos pour s’approcher (sans toucher évidemment). Nous sommes accueillies par un animal incroyable : un croisement de chèvre alpin avec une autre espèce de chèvre qui donne Zorro, une chèvre de plus d’un mètre au garrot, qui vient réclamer des câlins.

C’est l’heure de découvrir qui est Audrey Larcade, cavalière depuis 30 ans, diplômée de BPJEPS Western, championne de western porteuse de plusieurs titres.

Je découvre des photos de compétitions western. Je suis admiratif. Le personnel du centre est juste adorable et disponible pour ses visiteurs.

Nous sommes un groupe de quatre personnes avec des niveaux équestres différents. Peu importe, ici ce qui compte c’est la connexion et le respect de son cheval. Audrey établie rapidement un profil pour chacune de nous et sélectionne les chevaux correspondant au plus près à nos caractères et capacités.

Je constate qu’il n’y a aucun cheval « joueur » susceptible d’embarquer un cavalier et de le faire tomber. Audrey l’indique même « ici c’est extrêmement rare de tomber de cheval ». Les choses sérieuses débutent.

Je récupère mon cheval (au paddock ou au box) et la confiance est déjà de mise. J’y vais seuls. Les plus craintif sera accompagnés par le personnel qui s’est réuni en confiance. C’est l’heure du pansage et les chevaux en ont bien besoin. Roulades dans la boue etc., nos amis à quatre fers n’ont pas de choses à se rouler de la tête aux pieds.

Accompagné pour ceux qui ne maîtrisent pas le pansage, les étapes se font avec plaisir. C’est ludique et la connexion commencent déjà avec mon cheval Smokin. Je lui parle, il me répond par quelques ébrouements. La connexion est établie. Nos chevaux sont beaux.

Muni d’un simple licol le premier exercice est une base théorique et du travail à pied car avant de monter sur un cheval on apprend son fonctionnement et sa musculature. Aucune contrainte au cheval.

Issue d’une discipline d’équitation classique je suis scotchée. Je redécouvre un fonctionnement, le cheval est disponible.

Audrey explique avec des termes techniques puis décortique afin que ses élèves puissent comprendre ce qui est demandé. La démonstration est immédiate.

Puis, vient notre tour de faire avancer les chevaux. Le travail à pied est important. Permettant d’observer son cheval nu d’un angle différent que lorsqu’on le monte.

Audrey estime que le travail à pied est concluant. C’est donc l’heure de se mettre en selle.

La sellerie est magnifique. Des pièces sublimes envahissent la selle. Ça sent le cuir. Les tapis de selle sont disposés correctement. Une place pour chaque chose. Les enrênements sont tout aussi incroyables. Pas de muserolle ni de sous-gorge et parfois même, pas de frontal. Seule la têtières est le mord à leviers western avec double brisure font le filet, sans oublier le design western qui implique une « oreille » pour le côté américain.

En selle, que l’on soit cavalier professionnel ou débutant, il faut tout réapprendre. Les rênes sont longues … très longues, aucune action sur le mord.

Les jambes sont descendues et les étriers sont suffisamment larges pour les bottes de cow-boy. Le pommeau est énorme. On est assis sur un fauteuil un peu rigide au départ mais malgré tout confortable. Les premières sensations sont immédiates.

Audrey observe et n’hésite pas à corriger les cavaliers classiques qui réajustent leurs rênes machinalement. Ici on prend soin de nos chevaux.

Le travail à pied est mis en pratique à cheval et le résultat est sans appel. Je reste bouche bée. Aucune contrainte dans la bouche du cheval.

Je me laisse porter par l’engouement sans perdre le contrôle. Il s’agit d’un échange.

Les cavaliers sont libres et pour ceux qui ont peur, Audrey accompagne au galop. Une écoute active des conseils individuels. Audrey se plie en quatre pour partager sa passion.

            Le cours est terminé (déjà). Sur mon petit nuage, je demande un bonus : une démonstration de la championne à cheval. Audrey se prête volontiers au jeu. La voilà sur son cheval qu’elle seule monte depuis 8 ans. Nous assistons à une parade, une danse entre la cavalière et sa monture. Les deux ne font qu’un.

Audrey prend même le temps d’expliquer comment elle commence ses détentes. Le temps s’est arrêté.

            Mais il est temps de rentrer.

            Le pansage est terminé, c’est le moment de nourrir les chevaux avant de les remettre au paddock ou au box. Granulés, betteraves, rien n’est lissé au hasard. Le moment est venu de se séparer de nos compagnons. Un dernier bisou et des souvenirs plein la tête.

            Audrey, soucieuse recueille les impressions de ses élèves. Elle prend à nouveau le temps de répondre aux questions.

Le retour à la réalité est un peu dur. A la hauteur du dépaysement.

Porteuse de l’uniforme police, au milieu des élèves, l’accueil est identique. La profession est oubliée, l’individu est cavalier. » 

 

Témoignage de Clémence

« Le stage à Ryan’s Far ma été une expérience incroyable. Ancienne cavalière, j’ai arrêté l’équitation classique il y a des années après avoir eu plusieurs mauvaises expériences en galop et en sauts d’obstacles. J’avais beaucoup d’appréhension à l’idée de remonter à cheval. En même temps, j’avais envie de renouer avec ce sport et de retrouver l’atmosphère du centre équestre, de passer du temps dans la nature et avec les chevaux. Arrivée à Ryan’sFarm, j’ai trouvé le lieu magnifique, en plein milieu de la forêt de Fontainebleau. Les chevaux vivent dehors, et les cours se font dans des carrières au milieu de la forêt. Audrey est une monitrice incroyablement calme et à l’écoute, elle m’a aussitôt rassurée. Lorsque Marie m’avait parlé de l’équitation western, j’étais très curieuse et j’avais envie de tester mais j’avais quelques apriori sur un sport un peu « cowboy ». En réalité, j’i découvert une discipline qui respecte énormément l’animal (on travaille à pied, ç la longe avant de monter par exemple). Le lien cheval/cavalier est complètement différent et de que j’ai pu connaître.

On guide l’animal au son de la voix plus qu’avec les rênes (un claquement de langue pour le trot, un « bisou » pour le galop et un « oh » pour que le cheval s’arrête net.

Audrey est très patiente et elle a même accepté de nous faire une démonstration sur son propre cheval après trois heures de cours. J’étais si heureuse de renouer avec l’équitation de cette façon que j’ai décidé de reprendre plus régulièrement.

Une très belle expérience ! »

Témoignage d’Irène

« Je suis allée à ce regroupement avec curiosité. J’avais une légère appréhension puisque je n’étais pas montée depuis longtemps. Et en même temps, immédiatement en arrivant, la nature, les odeurs familières, le fait d’êtreen groupe m’ont mise à l’aise.

Ça a été une chose positive de prendre ses marques dans ce cadre avant de débuter le cours, de discuter, archer, aller à la rencontre des chevaux et de Zorro !

Quantau cours, si tous les réflexes n’étaient pas complètement perdus, ça a été une véritable découverte.

Audrey enseigne avec bienveillance, elle partage ses connaissance et veille au bon déroulement de la séance. Elle aime indiscutable ses chevaux. Sa démo a été incroyable et montre les heures de travail que cela nécessité.

Je suis rentrée fatiguée et ravie. J’ai le sentiment d’avoir énormément »

 

Vous l’aurez compris, que vous soyez cavalier confirmé, débutant, que vous n’ayez jamais monté à cheval, Ryan’sFarm est l’établissement fait pour vous et vos chevaux.

L’établissement propose des cours à partir de l’âge de 2 ans ou simplement des balades en forêt de Fontainebleau. Il est facile d’accès : sortie directe depuis l’A6 ou à 45 minutes de Paris depuis la Gare de Lyon (Ligne R).

N’hésitez pas à rejoindre la section équitation pour à votre tour découvrir tout ça.

Clémence, Diana, Irène et Marie remercie également le CDOP 92 ainsi que la ligue IDF d’avoir rendu possible cette journée si enrichissante.

Enfin, nous souhaitons tout le meilleur à Audrey qui doit concourir en 2021 aux championnats d’Europe de QH en Allemagne.

© 2023 par le Peintre. Créé avec Wix.com

  • Twitter Metallic
  • s-facebook